Chapitre 7 : « Lumière. »

Cette séance m’a naturellement amené à le lui dire. Selon lui, il s’agirait seulement d’un processus appelé « dissociation ». Un mot simple à retenir et à utiliser pour se dédouaner de toute responsabilité. D’après lui, nous ne sommes pas réellement acteurs de nos sentiments avant d’avoir entamé un travail d’introspection. Finalement, c’est suite à cette anamnèse que s’ouvraient les portes de la sérénité, donnant sur le couloir du bonheur. Même si celui-ci paraissait encore long, je n’avais jamais autant eu envie de le parcourir.

Dans un dernier regard, je lâchais sa main froide, moi-même surpris d’avoir osé l’attraper. Avant d’ouvrir la porte, je me demandais s’il était convenable de sortir si tôt de la pièce. J’étais profondément inquiet du regard que porteraient les personnes présentes au crématorium. Une fois décidé, je prenais un air congruent avec la situation : lourd, grave et triste. J’évitais de parler afin de ne pas éveiller de soupçons, car au fond de moi, rien ne se passait. C’était le vide.

Avec notre bande d’amis, nous avions convenu d’acheter une plaque à fixer sur sa tombe, au cimetière de Saint-Péray. D’ailleurs, depuis l’enterrement, je n’y avais jamais remis les pieds. Encore aujourd’hui, cet endroit est pour moi synonyme de culpabilité et d’imposture. Je sais que ces mots te sont familiers étant donné que je les utilise fréquemment, mais tu sais quoi ? Nous arrivons à un moment de l’histoire où j’ai décidé de t’expliquer pourquoi.

J’ai dû reprendre l’écriture de cet article maintes fois avant de le publier car je ne savais pas comment m’exprimer sur mes actions et réactions de cette époque. Je sais déjà quelle sensation me provoquera la pression de l’index sur ma souris au moment de la publication de ce chapitre : un pincement au coeur, des palpitations, de la honte, mais surtout de l’excitation.

Cette même sensation que j’avais ressentie en juillet 2013. Cette même sensation qui m’a perturbée pendant presque 6 ans. Cette même sensation qui me dégoûte et me manque à la fois. Cette même sensation à laquelle j’ai décidé de trouver une réponse aujourd’hui.

Perturbé de mon incapacité à exprimer quoique ce soit, je suis finalement rentré chez moi pour faire la seule chose qui m’intéressait : composer. C’était la première fois que l’écriture était aussi fluide. Les mots et les notes valsaient, j’étais content de ce que mes doigts réalisaient. En quelques petites heures, je venais de lui écrire et enregistrer un hommage. Plus encore, je me rendais compte que le vide que je ressentais n’était plus là : il avait laissé sa place à la fierté. Pourtant, j’y voyais également la conception vicieuse d’une preuve falsifiée -mais irréfutable- de mon mal-être.

Avant de la partager, j’ai pris la précaution de l’envoyer à sa soeur pour savoir ce qu’elle en pensait. Touchée, elle m’autorisait à le publier, mais plus encore : elle me demandait s’ils pouvaient la diffuser pendant la cérémonie d’enterrement et si je me sentais d’y discourir. Cher lecteur, c’est exactement ce paragraphe du chapitre que je ne savais pas comment rédiger, mais autant te le dire simplement :

Totalement détaché de la douleur de cette famille endeuillée, je souriais à l’idée d’être mis sous la lumière des projecteurs. Cet événement était une occasion rêvée pour faire parler de moi.

Avant de poursuivre cette histoire, j’ai décidé de te faire découvrir le titre en question dans la publication suivante. Si tu finis cet article choqué-e, sache d’ores-et-déjà que la suite n’est pas faite pour toi. Alors, avant de continuer, réfléchis-y bien. Merci de me lire.

Raphaël.

Si tu souhaites être averti-e de la suite de cette histoire, ça se passe ici :

3 réflexions au sujet de “Chapitre 7 : « Lumière. »”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.